Estelle Szymczak : de Sciences Po, elle a mis le cap sur la Marine


Publié le 11{th} septembre 2013 dans "" | Rédigé par Baptiste Cordier

Photo Pyperpote
Photo Pyperpote

Estelle Szymczak, ici au musée de l’air et de l’espace en 2009, est lieutenant de vaisseau dans la Marine nationale.

Diplômée de Sciences Po Toulouse en 2003, Estelle Szymczak a choisi ensuite de s’engager dans la Marine nationale. Après avoir été affecté à bord du porte-avions Charles de Gaulle pendant trois ans, elle travaille désormais à la Préfecture maritime de Toulon.

Parcours
• Octobre 1980 : Naissance à Troyes (Aube)
• 1999-2003 : Études à Sciences Po Toulouse, suivies d’un mastère « Stratégie et ingénierie des affaires internationales » à l’ESSEC
• 2004-2005 : Salariée du groupe de transport maritime CMA-CGM
• Septembre 2005 : Entrée dans la Marine nationale
• 2013 : Lieutenant de vaisseau au Centre opérationnel de la Marine nationale à Toulon (Var)

« Le hibou a bien pris le 2e brin sur le PACDG. » (en français dans le texte : un pilote a réussi la manœuvre pour apponter sur le porte-avions Charles-de-Gaulle). Dans la Marine nationale, le principal écueil à éviter, c’est un jargon aussi omniprésent qu’incompréhensible pour le néophyte… « Aujourd’hui encore, je ne suis pas certaine de connaître la signification exacte de tous nos sigles… », sourit Estelle Szymczak, lieutenant de vaisseau à la Préfecture maritime de Toulon. Cette diplômée de Sciences Po Toulouse ne se destinait d’ailleurs pas à devenir officier dans la Marine… « Je me souviens bien avoir fait de la voile sur un lac en CM2, mais je voulais plutôt travailler dans les affaires internationales. » Mais le doute s’installe au printemps 2004, à la fin de ses études à l’IEP puis à l’ESSEC. « En arrivant à La Défense pour des entretiens de recrutement, j’avais l’impression de me faire écraser par les tours », se souvient-elle… Une affiche croisée sur un trajet en RER l’interpelle alors : « Mettez du sel dans votre avenir ». L’armée recrute, Estelle Szymczak est tentée… Le temps de se décider, la campagne de recrutement vient de se terminer, de quoi s’accorder une année de réflexion avant la suivante. Elle débute un stage chez CMA-CGM, un groupe de transport maritime par conteneurs basé à Marseille. Recrutée dans la foulée en CDI, elle postule tout de même dans la Marine nationale au printemps 2005. « Je voulais être spécialiste “Renseignements et relations internationales”, se rappelle-t-elle, pour garder un lien avec ce que j’avais appris à l’IEP mais cette spécialité venait d’être fusionnée dans la fonction de contrôleur des opérations aériennes. » Il lui faudra donc suivre deux formations : la première, de quatre mois, à l’école navale, où sont formés les officiers de la Marine nationale et la seconde, de six mois, au sein de l’école du personnel volant, pour apprendre les rudiments de l’armée de l’aéronautique.

Un milieu militaire encore très masculin
En embarquant à 25 ans sur le Charles de Gaulle, Estelle Szymczak a dû trouver sa place au milieu d’un équipage de près de 1 900 hommes pour seulement 100 femmes… La Marine nationale, et l’armée en général, reste un milieu très masculin : les femmes représentaient à peine 14% des effectifs l’année dernière. C’est moins que l’armée de l’air (21 %) mais plus que l’armée de terre (10 %). Celles qui s’y aventurent n’échappent pas aux nombreuses traditions plutôt bon-enfant. « Comme j’étais midship, c’est-à-dire l’officier le plus jeune et le moins gradé, midshipette été mon prénom au carré et des officiers pendant un an et j’ai dû chanter le menu », se souvient Estelle Szymczak. Quelques vocalises plus tard, elle est aujourd’hui lieutenant de vaisseau, l’équivalent de capitaine dans les armées de terre et de l’air.

En juillet 2006, la voilà fin prête pour embarquer sur le porte-avions Charles de Gaulle. Elle a déjà effectué un stage d’un mois sur ce navire grand comme deux terrains de football et plus haut qu’un immeuble de vingt étages mais il s’agit cette fois de partir en mer pendant six mois, non loin de l’Afghanistan notamment. « Je briefais les pilotes sur les missions ou les exercices qui leur étaient affectés, explique-t-elle. Au-delà des paramètres techniques, il fallait leur donner des indications géopolitiques sur les régions traversées et les alerter sur les zones sensibles. » L’été suivant, le porte-avions revient à Toulon pour une IPER (indisponibilité pour entretien et réparation), une colossale opération de maintenance. Estelle Szymczak coordonne 80 personnes chargés de la sécurité lors de travaux, des pompiers aux casques rouges chargés de vérifier que les conditions de sécurité sont bien réunies en passant par des analystes.

À partir de 2009, elle passe deux ans au Centre d’entraînement au combat où se préparent les militaires de l’armée de terre déployés en France et à l’étranger… « Je devais proposer des moyens aériens aux troupes au sol suivant leurs besoins pour les appuyer », raconte-t-elle. Des avions, des hélicoptères, mais aussi de drones, nouvel outil aérien utilisé par les militaires du monde entier.

Depuis l’été 2011, elle travaille au centre opérationnel de la Marine nationale à Toulon. La préfecture du Var abrite le plus grand port militaire français. « Nous sommes à la fois une préfecture maritime et chargés de la coordonner tous les moyens de la Marine sur la zone Méditerranée et mer Noire, explique-t-elle. Au quotidien, je peux organiser une évacuation quand un plaisancier a une crise cardiaque sur son bateau par exemple. »

À Marseille où elle vit avec son compagnon et leur fille, Estelle Szymczak garde de bons souvenirs de Sciences Po Toulouse. « J’ai eu des professeurs brillants, un peu originaux parfois mais toujours très cultivés et communicatifs de leur passion pour leur matière… » Mais ce sont surtout des méthodes de travail qu’elle a conservé. « Appréhender un problème puis dégager des problématiques, c’est ce que je fais tous les jours. À Sciences Po, je faisais des fiches pour mes examens. Au quotidien, je continue de préparer des fiches, des notes de synthèse, mais pour mes supérieurs cette fois. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conception & réalisation : Cereal Concept